De la friture sur la ligne entre Conakry et Dakar (édito par Dian Baldé)

blog-details
  • redaction.web@fimguinee.com

  • 30 mars 2021 11:29

  • Edito

  • 0

A Tormelin, localité de la préfecture de Fria où il s’était rendu dimanche dernier, pour communier avec les coopératives de maraîchage, Alpha Condé, qui adore papillonner dans ses discours, a provoqué la surprise, en s’attaquant de manière subliminale à son homologue sénégalais Macky Sall. Le président s’est dit outré que ce soit à partir de Dakar que les activistes des réseaux « subversifs » s’empennent à son régime.

Alpha Condé adore battre les estrades. Et en bon populiste, il ne s’en prive pas, à chaque fois que l’occasion se présente, le président y va sans aucun filtre, dans ses discours.

Comme à Tormelin où les acteurs du monde rural en ont eu pour leur compte à travers ce cours de géopolitique qui met en exergue les rapports glaciaux entre Conakry et Dakar.

Alpha y est allé de bon train par des attaques sans détour contre les autorités sénégalaises. Pour lui, cela ne fait l’ombre d’aucun doute que le gouvernement sénégalais ne voyait pas d’un bon œil son fameux projet de troisième mandat.   Ce qui justifierait le fait d’offrir gîte et couvert à ses opposants, qu’il accuse de velléités subversives.

Mais au lieu que la Guinée ne s’embrase comme cela semblait être le « vœu » des « ennemis » de la Guinée, c’est à l’effet boomerang que nous assistons. Allusion faite sans doute aux remous sociaux provoqués récemment par l’affaire Sonko au Sénégal. Une affaire d’alcôve qui avait failli faire basculer le pays dans des violences inouïes.

Et comme il ne cesse de le ressasser, Alpha jure la main sur le cœur nos voisins ne voudraient pas que notre pays se positionne comme second, en termes de puissance économique après le Nigeria, dans la sous-région. Un défi qu’il promet de relever. Même si le chemin risque d’être long voire périlleux.

C’est le lieu de rappeler qu’entre Macky et Alpha, ça a toujours été le fameux « je t’aime moi non plus », cela depuis 2010, date de son accession au pouvoir. Déjà en août 2018, Conakry avait rappelé son ambassadeur Mamadou Beau Kéita pour consultations. Dans la foulée, Conakry on se souvient, avait émis des réserves contre la présence d’un groupe d’opposants, dont à l’époque, l’homme d’affaires Diallo Sadakadji, à l’hôtel King Fahd qui leur servait de lieu de rencontre, dans la capitale sénégalaise. Mais Alpha avait fini par prendre sous son bonnet, aussi bien cet opérateur économique, et la plupart des mis en cause. Rallier à sa cause ses anciens proches de son principal opposant, constituait une bonne pioche pour le président dans la perspective de son troisième mandat.

Mais s’il y a un qui se sent offusqué par cette friture sur la ligne entre Conakry et Dakar, c’est bien l’ancien ambassadeur du Sénégal en Guinée au moment où le leader du RPG était en pleine traversée du désert. Makyli Gassama est allé jusqu’à regretter d’avoir héberger Alpha durant 45 jours dans les locaux de son ambassade, pour lui éviter la prison sous l’ère Conté. A l’époque, nous étions au début des années 90, c’est le président Abdou Diouf qui avait exfiltré l’opposant historique des griffes du général.

Et ça, il le doit au Sénégal. Ce discours de Tormelin risque de jeter davantage un froid entre les deux capitales, à moins que ce ne soit le contraire. En tout état de cause, s’il y a bien une chose que les coopératives maraîchères souhaitent aujourd’hui, c’est bien la réouverture de ces frontières, qui permettent de drainer leurs productions vers des marchés plus porteurs.

Mamadou Dian Baldé

Laisser un commentaire