Troyes : le jeune Guinéen armé qui a crié « Allah Akbar » sera jugé en janvier

blog-details
  • redaction.web@fimguinee.com

  • 24 novembre 2023 11:58

  • Monde

  • 0

Le jeune Guinéen armé qui a crié « Allah Akbar », lundi à Troyes, a été placé en détention provisoire à l’issue de sa garde à vue. Il sera jugé en janvier.

Lundi 20 novembre 2023, un jeune homme, hébergé au foyer ADPS à Troyes, a provoqué l’effroi, aux abords de l’avenue des Lombards à Troyes, en exhibant un couteau et en criant « Allah Akbar », sur la voie publique.

Si aucune blessure physique n’a été à déplorer, le jeune homme a immédiatement été interpellé et placé en garde à vue. Dans un communiqué de presse, la procureure de la République, Julie Bernier, est revenue plus en détail sur l’enquête.

Il était muni d’un grand couteau de cuisine

« D’après les victimes et témoins, la personne mise en cause a exhibé un couteau devant un éducateur du foyer tout en proférant des menaces de mort, puis a quitté les lieux. Sur la voie publique, elle a crié une fois“ “Allah Akbar”, indique la magistrate. Elle a ensuite insulté une mère et son fils majeur, qui s’affairaient à leur véhicule, et est entrée à l’intérieur côté conducteur. Les victimes ont réussi à l’extraire de l’habitacle, mais l’individu est revenu avec dans chaque main un bâton, adoptant une attitude menaçante. L’arrivée des services de police l’a mis en fuite ». Lors de son interpellation, les policiers ont découvert sur le jeune homme un grand couteau de cuisine.

L’enquête de flagrance, confiée à la direction départementale de la sécurité publique de l’Aube, a porté d’une part sur le déroulement des faits et d’autre part sur la détermination de l’âge de la personne mise en cause. « Elle se présentait comme mineure, mais les investigations réalisées plaident en faveur de la majorité, retenue par le parquet », précise encore Julie Bernier. Ce jeune homme, serait de nationalité guinéenne, présent sur le territoire français depuis plusieurs mois. Aucun élément n’a établi qu’elle était connue des services de la justice ou des services de renseignement.

Une expertise psychologique devra être réalisée

La procureure précise encore : « Son état psychique semblant instable, une expertise psychiatrique a été requise pour déterminer sa responsabilité pénale ». À l’issue de sa garde à vue, il a été poursuivi pour violences avec arme ayant entraîné une ITT inférieure ou égale à huit jours, violences avec arme et sur personne chargée d’une mission de service public ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours et port d’arme de catégorie D.

Il sera jugé le 19 janvier 2024 à 13h30 suivant la procédure de comparution à délai différé. Il a été placé en détention provisoire dans l’attente de l’audience.

Avec l’Est éclair 

Laisser un commentaire